Pierre-Jules Mêne (1810-1879) - Jument à l'écurie jouant avec un chien

Sculpture en bronze à patine médaille, représentant une jument sellée jouant avec un chien terrier. La représentation de cette sculpture est une perfection d'élégance et de réalisme, la paille et le tapis subtilement dessinés sur la terrasse contribuent au charme de cette scène. La fonte et le détail de la ciselure sont remarquables . Épreuve d'époque éditée par l'artiste, datant du XIXème siècle, signée dans l'arrondi de la terrasse à gauche, près de la patte arrière du chien, P.J.Mêne. Ce bronze est un des cinq envois de Mêne au Salon de 1859 et ce groupe est l'un des plus pittoresques. Ce groupe a été produit avec un certain succès dans les années qui suivent son exposition au Salon.

Historique : Paris, Salon de 1859 ( bronze n°3389 : jument et chien)
Littérature : Poletti & Richarme, Pierre-Jules Mêne ; Catalogue raisonné, Paris, 2007 page 80

L'artiste

Mêne Pierre-Jules ( Paris 25 Mars 1810 - Paris 21 Mai 1879 ) est un sculpteur français.
Fils d'un tourneur sur cuivre, Pierre-Jules Mêne naît dans le quartier populaire du Foubourg-Saint-Antoine. En 1822, la famille s'installe au 12, rue du Vertbois, dans le quartier du Temple, où le père, s'étant inscrit à la Réunion des fabricants de bronzes, crée un atelier qui se spécialise dans la lustrerie et la réalisation des flambeaux. Initié très jeune au travail du métal, Pierre-Jules collabore, dans un premier temps, à l'entreprise paternelle auprès de ses frères et de son père. De tempérament artiste, il commence à pratiquer le dessin très tôt et collectionne gravures et dessins, avec une prédilection toute particulière pour le peintre Horace Vernet dont il appréciait le style et connaissait l'oeuvre à la perfection. Il se marie en 1832 avec Hortense-Caroline Monnereau qui restera sa compagne durant toute sa vie. Dés lors il quitte l'atelier paternel et cherche à vivre de son art : la sculpture . Il doit pour vivre, pratiquer des métiers peu en rapport avec sa vocation tout en continuant sa formation artistique auprés du sculpteur sur bois René Compaire. Il fait fait ses débuts au Salon en 1838 et il exposera jusqu'en 1879 et devient très vite populaire. Profitant de la vogue animalière initiée par Barye et Fratin, il sut se faire une place de premier plan en explorant presque uniquement les domaines de la chasse et des courses de chevaux, et sa réussite commerciale fut incontestablement plus brillante que celle de ses confrères. Comme Barye, Mêne ouvre, dés 1837 sa prope fonderie pour éditer ses oeuvres et, plus tard, celles de son gendre, le sculpteur Auguste Cain. Il s'occupe lui-même, avec beaucoup de soins, de la fonte et de la ciselure.
Musées
Agen : Cheval Arabe
Béziers : Groupe de chevaux Arabes
Château de Compiègne : Fauconnier Arabe, Ibrahim
Dijon : Djinn , étalon Arabe, Jument et son poulain
Château de Fontainebleau : La chasse en Ecosse, prise du renard
Guéret : Deux chevaux
Marseille : Au terrier, groupe, Chien courant, Epagneul
Montpellier : Chèvre et chevreau
Morlaix : Le Fauconnier Arabe
Nantes : Valet de chasse, cinq chiens
Nîmes : Brebis et agneau, Chatte et ses petits, Chien d'arrêt, Jument et poulain cabré
Paris Arts Décoratifs : Chèvre broutant
Paris Carnavalet : Trois chiens au terrier Paris
Petit Palais : Jument Arabe et son poulain
Reims : Chien
Rouen : Cerf forcé, Sanglier attaqué par des chiens
Toulon : Fauconnier Arabe

Objet vendu

Dimensions

Hauteur : 25 cm
Longueur : 48 cm
Profondeur : 17 cm

Époque 1860 -1870
Origine France, Paris
Matériaux Bronze
Référence Jument-chien-Mêne266
Pierre-Jules Mêne (1810-1879) - Jument à l'écurie jouant avec un chien

Move your mouse over image

Give Feedback

Contactez-nous



* Champs obligatoires