"Dieppoise et son enfant" par Félix Graillon (1833-1893), sculpteur ivoirier

Exceptionnelle sculpture de Dieppe de qualité muséale, en bois et ivoire représentant une femme tenant un enfant sur son dos. Signature de l'ivoirier dieppois "Graillon F." sur le socle en bois. Les ivoires signés sortis des ateliers d’ivoiriers de Dieppe sont assez rares. La rareté et le caractère exceptionnel de ce groupe vient ici de sa grande taille, de l'emploie de plusieurs essences de bois, qu'il est représenté avec un réalisme sans égal et exécuté avec une remarquable finesse. Il y avait ici manifestement de la part du sculpteur la volonté consciente d’exécuter une œuvre monumentale, digne d’une telle inscription. Groupe en parfait état de conservation. Provenance : Collection particulière Littérature : Pierre-Adrien Graillon (1807-1872) et ses fils Auteur(s) Pierre Ickowicz, Pierre Bazin, Claude Féron Auteur de la préface : Maurice Duteurtre Parution 2001, édition Château-Musée - Dieppe

L'artiste

Félix Adrien Henri GRAILLON (Dieppe 1833-Dieppe 1893), sculpteur ivoirier Fils de Pierre Graillon. On a de lui, au musée de Dieppe : Portrait de Napoléon III et de l'Impératrice Eugénie et vierge à l'enfant en ivoire, ainsi qu'une sculpture représentant Le Printemps. L'atelier de Pierre Graillon est visité en 1853 par l'impératrice Eugénie et Napoléon III qui lui commande son portrait en ivoire. Les deux fils Graillon, César (1831-1913) et Félix (1833-1893), formés auprès de leur père, prennent rapidement une part importante dans la diffusion des figurines populaires, ils sont reconnus comme étant des artistes de renoms et parmi les personnalités les plus intéressantes de la belle école de sculpteurs ivoiriers de Dieppe.

Histoire

Les ivoires de Dieppe L’ivoire des ateliers dieppois accompagne l’histoire de la Ville depuis le XVIe siècle. Dés le moyen-âge, c’est au port que sont livrées les premières défenses d’éléphants en provenance d’Afrique.On sait que des artistes installés à Dieppe commencent à sculpter, cette matière dure, blanche et laiteuse, dès le XVIe siècle. Des ateliers se développent alors dans diverses villes normandes, dont Dieppe devient le centre de production le plus important, plus particulièrement dès le tout début du XVIIe siècle. Au XVIIIe et XIXe, Dieppe connaît son âge d’or. De nombreux ateliers d’ivoiriers réalisent des statuettes, des objets d’art et de décoration. De passage à Dieppe, toutes les grandes personnalités passent commande. La ville de Dieppe est spécialisée également dans les ivoires religieux, et notamment les petites Vierges de voyage, présentées dans une boîte et destinées aux pèlerins. Le XIXe de la monarchie de Juillet connaît un regain d’intérêt pour «l’or blanc». Des sculpteurs l’élisent comme matériau de prédilection pour la réalisation de groupes, jusqu’alors plutôt exécutés en bronze ou en terre cuite. L’époque est en pleine recherche artistique, et en 1864, un musée est inauguré avec pour objectif d’instruire les jeunes apprentis ivoiriers, et de faire découvrir le savoir faire de la ville aux premiers touristes venus visités les côtes de Haute Normandie.
Prix : 5 000,00 €

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter.
Pour un traitement plus efficace de votre demande, merci de préciser la référence de l'objet.

Dimensions Hauteur : 36 cm Largeur : 15 cm
Époque 1880
Origine France, Dieppe
Matériaux Bois et ivoire
Référence Dieppoise-Graillon255
"Dieppoise et son enfant" par Félix Graillon (1833-1893), sculpteur ivoirier
Give Feedback

Contactez-nous



* Champs obligatoires