Paire de bougeoirs néo-égyptiens attribués à Georges Emile Henri Servant (1828-1890)

Belle paire de bougeoirs anthropomorphes en bronze patiné, binets à décor de feuilles de lotus soutenus par des serpents s'enroulant autour du bras d'un couple d'égyptiens, base ciselée de hiéroglyphes soutenue par trois têtes de sphinx et reposant sur un socle en marbre griotte. Travail de grande qualité, caractéristique de la maison Servant à Paris.

L'artiste

Georges Emile Henri Servant (1828-c. 1890), bronzier à Paris
Le fondeur et bronzier Georges Emile Henri Servant a été enregistré au 137 rue Vieille-du-Temple à Paris. Il se spécialise dans le style néo-grec et égyptien et a été médaillé lors des grandes expositions internationales entre 1867 et 1887. A l’Exposition Universelle de 1878, Georges Servant est membre du Jury de la classe des bronzes d’art, il expose des vases et des petites pièces de mobilier en bronze, qui une fois de plus, par son talent artistique, fait l'objet de l’admiration générale du public.

Histoire

Le gout pour l'Egypte, l'égyptomania, existait déjà dans l'antiquité et au XVIIIème siècle notamment. Ce goût est constant et omniprésent dans le courant artistique au XIXème siècle. En 1827, le département des antiquités égyptiennes est crée au Louvre. Il réunit les anciennes collections royales, des collections acquises, le fruit du travail de fouilles, conséquence des recherches archéologiques menées par des scientifiques, sur des concessions attribuées par le gouvernement égyptien.
Lors de l'exposition universelle de 1867 à Paris, un temple égyptien est construit sous la direction de l'égyptologue Mariette.

Objet vendu

Dimensions

Hauteur : 34,5 cm

Époque 1870
Origine France, Paris
Matériaux Bronze et marbre
Référence Bougeoirs-Servant272
Paire de bougeoirs néo-égyptiens attribués à Georges Emile Henri Servant (1828-1890)

Move your mouse over image

Give Feedback

Contactez-nous



* Champs obligatoires