Bronze de Carrier-Belleuse "Mélodie" , école française

Epreuve en bronze à patine brune et verte , fonte d'époque fin XIXe siècle . Titré sur une plaque Harmonie par Carrier-Belleuse , Médaille d'Honneur au Salon . Signé sur la base Carrier-Belleuse .

L'artiste

Albert-Ernest Carrier-Belleuse ( Aisne , 12 juin 1824 - Sèvres , 4 juin 1887 )
On l'a surnommé le Clodion du XIXe siècle mais cette comparaison avec le célèbre sculpteur ne constitue pas un compliment pour tout le monde . C'est ainsi que les frères Goncourt , à propos du surtout exécuté en 1867 pour la Païva , le traitent de "pacotilleur du XIXe siècle...copieur de Clodion" . Qu'en est-il exactement ? Tout enfant , Carrier-Belleuse vient à Paris et à l'âge de treize ans , entre comme apprenti chez un ciseleur du nom de Bauchery . Il travaille ensuite chez l'orfèvre Fauconnier , puis chez les Frères Fannières , orfèvres également . En 1840 , grâce à l'appui de David d'Angers , il entre à l'Ecole des Beaux-Arts mais l'enseignement officiel ne lui convient guère . Plus attiré par l'art décoratif , il suit les cours de la Petite Ecole et débute au Salon de 1850 avec deux médaillons en bronze . En 1851 , il est engagé par la manufacture Anglaise de porcelaine Minton China Work , dans le Staffordshire . Il y crée des modèles et dirige une école de dessin jusqu'en 1855 . De retour à Paris , il réapparaît au Salon en 1857 . Sa notoriété ne fait que croître . Il travaille à Paris pour l'église Saint-Augustin , les Tuileries , le Louvre , l'Hotel de Ville , l'Opéra , le Théâtre français , le tribunal de commmerce , pour le casino de Vichy ect... Il sculpte aussi les gracieuses cariatides de la façade du théâtre de la Rennaissance à Paris , le fronton de la Banque de France , la statue de Masséna à Nice , celle de Dumas père à Villiers-Cotterêts , du général San Martino dans la cathédrale de Buenos Aires . D'une exeptionnelle fécondité - "presque une machine à sculpter" , écrit de lui Edouard Lockroy dans le journal l'Artiste , en 1865 - il est en outre l'auteur d'une quantité de bustes , de petits groupes , de statuettes , de personnages historiques ou contemporains , de nus , d'allégories , de scènes de genre ainsi que d'ornements , de candélabres , de vases , de meubles , qui tous connaissent , sous le second Empire , un succés considérable . Carrier a été longtemps , écrira plus tard Paul Mantz , l'infatigable artisan des élégances souriantes et des grâces mouvementées . En cela , on le considère comme l'un des précurseurs de l'Art Nouveau . Titulaire de nombreuses récompenses , il sera nommé , en 1875 , directeur des travaux d'art à la Manufacture de Sèvres .
Musées
Angoulème : Faune et Bacchante
Chambéry : La liseuse
Laon : Béranger assis
Langres : La liseuse , bronze et ivoire
Paris , Orsay : La Bonne Mère , Hébé et l'aigle de Jupiter
Reims : Les Bacchantes
Troyes : buste de Frédéric Eugène Piat et buste d'A.Thiers

Référence littéraire : Les bronzes du XIXe siècle Pierre Kjellberg cf. p. 192

Objet vendu

Dimensions

Hauteur : 63 cm

Époque Fin XIXe siècle
Origine France
Matériaux Bronze
Référence Mélodie-Carrier-Belleuse11
Bronze de Carrier-Belleuse "Mélodie" , école française

Move your mouse over image

Give Feedback

Contactez-nous



* Champs obligatoires