Bouc et chèvre de Jules Moigniez (1835-1894), sculpteur français

Épreuve en bronze à patine doré et brune nuancée représentant un bouc et une chèvre dans un paysage de montagne. Cette belle sculpture, de composition très réaliste, porte l'accent sur la stature imposante du bouc grimpant dans un escarpement rocheux. Ses cornes en spirales de grande envergure, lui confère une allure fière et dominante. Plus émouvante, la petite chèvre aux allures paisibles et gracieuses, semble le suivre timidement tout en l'observant. Signature de Jules Moigniez sur la terrasse. Rare sujet du sculpteur, peu d'exemplaires connus sur le marché de l'art.

L'artiste

Jules Moigniez ( Senlis 1835 - Saint-Martin-du-Tertre 1894 )
Décidé à faire carrière dans la sculpture, Jules Moigniez s'installe à Paris. Dans la capitale, il devient l'élève du sculpteur animalier Paul Comolera, grand spécialiste de la sculpture des oiseaux. Il fait ses débuts lors de l'Exposition Universelle de 1855 avec un groupe en plâtre : Chien braque arrêtant un faisan. Il participe ensuite régulièrement au Salon de 1859 à 1892 et connaît de plus en plus de succès. Particulièrement intéressé par les oiseaux, il exelle dans leur représentation. Ses nombreux modèles ( hirondelles, moineaux, hérons, aigrettes, coqs .... ) aux formes très élégantes, lui valent de figurer parmi les plus grands sculpteurs animaliers. Mais à la différence de son maître Comolera, Jules Moigniez ne sculpte pas que des oiseaux. Il sculpte un grand nombre d'animaux. Ses sculptures sont trés populaires parmi ses comtemporains en raison de leur aspect décoratif et de leurs formes harmonieuses. Ses oiseaux, à l'allure gracieuse et légère, sont toujours très travaillés et le soin apporté par l'artiste pour traduire les moindres détails est tel que certains critiques l'ont parfois jugé un peu excessif. A l'instar des travaux de Mène, ceux de Moigniez sont très appréciés à l'étranger, notamment aux Etats-Unis , et en Grande-Bretagne où il participe à une grande exposition à Londres en 1862. La moitié de son oeuvre est, semble-t-il, exportée à l'étranger. Ses bronzes sont pour la plupart, fondus par son père, Jean-Batiste Constantin Moigniez, doreur de métaux, qui ouvre une fonderie spécialement pour éditer les sculptures de son fils. Aprés que malade il eut mis fin à ses jours, ses bronzes continueront d'être édités jusqu'au début du XXe siècle par Auguste Gouge, qui avait succédé à son père et à lui-même à la tête de la fonderie.

Musées
Compiègne, château : Chien braque arrêtant un faisan
Mont-de-Marsan : Chien courant, Basset tirant au vent

Objet vendu

Dimensions

Hauteur : 29 cm
Largeur : 27 cm
Profondeur : 13 cm

Époque Fin du XIXème siècle
Origine France
Matériaux Bronze
Référence Jules-Moignez199
Bouc et chèvre de Jules Moigniez (1835-1894), sculpteur français

Move your mouse over image

Give Feedback

Contactez-nous



* Champs obligatoires